Systèmes de fenêtres


Fenêtre - n. f. du Lat. fenestra (XIIème). Baie ou ouverture ménagée dans le mur d’une construction pour donner du jour et de l’air à l’intérieur.

ApparitiBaies vitréeson des fenêtres

Les fenêtres donnent du caractère à la façade. Le style et la richesse architecturale d’une époque assurent aux baies une place souvent considérable qui peut donner le ton dans le caractère monumental des édifices. Les fenêtres les plus anciennes connues par l’homme remontent à plus de dix-huit siècles. Les Egyptiens, Grecs et Romains connaissaient leur usage : un simple trou dans le mur pour laisser passer la lumière et l’air.

Au Moyen-Âge, elles sont plus nombreuses sur les façades, garnies de claustra en bois, pierre ou métal.

L'influence de l'extrême-orient

Plus tard, sous l’influence des traditions architecturales de l’Extrême-Orient, les ouvertures commencent à être comblées de différentes manières. Les vitres de la fenêtre translucides deviennent transparentes au 14ème siècle grâce au verre ou au cristal. Avant c’était du parchemin, de la toile huilée ou du mica. Le verre acrylique s'y est ajouté à partir du milieu du 20ème siècle.

Autre technique utilisée particulièrement dans les sanctuaires : des carreaux sont incorporés dans les dormants et sont tenus dans une résille de plomb fixée au mur ; dans les ouvrants, la résille est fixée à un châssis bois.

Un rôle social et politique

La fenêtre a joué aussi un rôle social et politique. En 1798 en France, le directoire instaure un impôt sur les portes et fenêtres sur le nombre et la taille des portes et fenêtres d’une maison. Cet impôt aida à condamner de nombreuses ouvertures et fut accusé de pousser à la construction de logements insalubres, sombres et mal aérés. Sa suppression ne fut obtenue qu’en 1926.

La Grande-Bretagne connut une taxe similaire, mais qui ne portait que sur les fenêtres, avec toutefois des conséquences architecturales inverses à la taxe française. La classe la plus aisée du Royaume-Uni utilisait l'impôt sur les fenêtres comme un signe de richesse. C'est ainsi que s'est développée une architecture multipliant les occasions de fenêtres. Dans des cas extrêmes, des faux-semblants ont été posés au-dessus des murs porteurs, simplement par ostentation et pour être membre de la classe au pouvoir. La taxe sur les fenêtres n'a plus été prélevée après 1851.

Les fenêtres aujourd'hui

Aujourd’hui, les fenêtres sont des regards de lumière. L’architecture moderne ne lésine pas sur les baies vitrées, tout en attachant une grande importance aux matériaux choisis (des critères tant esthétique que sensoriel).

Le verre peut valoriser et vivifier la totalité de la construction d’une façade - grâce à son jeu d’échanges de réflexion et de transparence, grâce aux interférences optiques, grâce à la réfraction et à la superposition.

Qu’il s’agisse d’une architecture futuriste ou de la conservation du patrimoine grâce à une reconstruction fidèle au style, les fenêtres en PVC s’adaptent aussi bien à l’urbanisme que leur matériau et assurent à l’esthétique de la construction une liberté qui n’a jamais été aussi totale qu’aujourd’hui.


Recherche rapide